Roadtrip en V7III

De Paris à Etretat, en passant par les routes normandes, voici le récit de Ben, parti faire un roadtrip au guidon d'une V7III Stone.

A LA RECHERCHE DU BONHEUR

« A la recherche du bonheur.
 
Pourquoi ce titre évocateur ? Il y a un an suite à un licenciement économique je tombais des nues. En effet, je fais partie de ces personnes qui ont besoin d’être passionnées pour vivre et avancer et je travaillais dans la musique depuis plus de 10ans. Suite à ce coup dur j’ai cherché un moyen de m’occuper l’esprit. Un jour en regardant la télé je suis tombé sur le reportage d’un italien qui restaurait de vieilles motos (non ce n’était pas des Guzzi !)
 
Les souvenirs de mon adolescence en 50cc refaisaient surface et m’ont poussé à passer mon permis le plus vite possible. Une fois le droit de piloter en poche, je suis parti faire mes premiers roadtrips en 400cc monocylindre : le Col de la Schlucht en Alsace, les Alpes, Paris-Avignon au mois de décembre avec enfin un beau Tour de France de 3300km en juillet dernier. A ce propos, si vous souhaitez comprendre un peu mieux mon histoire, je vous invite à lire au préalable l’article paru dans le Huffington Post dans lequel je raconte cette aventure en détail. Le lien est ici : 
 
Une fois cet article publié, la machine internet s’est incroyablement mise en marche : des followers, des tonnes de témoignages de motard(es) et pas que. Première page de Yahoo News, top des tendances Google Actualité, bref je n’avais jamais imaginé un tel engouement. J’ai découvert à quel point la moto pouvait être un véritable symbole de liberté même pour les gens qui n’en font pas. Je n’ai rien fait de nouveau, je l’ai simplement raconté.
 
Naturellement, j’ai vu en cette passion une possibilité d’avenir.
Peut-être avais-je droit à ma place dans ce beau milieu qu’est celui de la moto.
 
Je me suis donc mis en recherche de partenaires et je suis entré en contact avec 3 marques que j’apprécie particulièrement pour leur demander si elles seraient intéressées à l’idée soutenir mes futurs roadtrips.
 
C'est ainsi que le projet d'aller voir les superbes falaises d'Etretat en Normandie sur une durée de 5 jours en V7III est né : un roadtrip court mais intense, parfait pour tester le best-seller de la marque à l'aigle.

V7III: TRULY V7. JUST A2

Ni une, ni deux, nous choisissions la moto parfaite, que je récupère le lundi matin à 9h00 chez Urgence Scooters Paris 16. Quel bonheur se fut de voir sortir du garage cette superbe V7 Stone III toute noire prête à être pilotée par mes soins. J’étais comme un enfant ! J’avais déjà rapidement conduit ce modèle mythique mais pas assez pour l’apprivoiser. Le guidon dans les mains je m’apprête à partir vers les routes normandes avec comme éternelle règle d’or : départementales only !
 
Je me suis tout de suite rendu compte de la personnalité hors normes de cette moto. Et tous les fans de Guzzi savent de quoi je parle : l’architecture moteur que l’on ne trouve nulle part ailleurs. J’appréciais déjà cette moto sans vraiment la connaitre mais les 5 jours passés sur ce bicylindre en V transversal unique n’ont fait que renforcer mon attachement maintenant définitif pour ce moteur.
 
Malgré mon niveau de débutant j’ai eu en l’espace d’1an l’occasion d’essayer assez de motos pour pouvoir m’en faire une idée sérieuse. Ce léger basculement sur le côté quand on accélère est divin et je crois que c’est ce qui fait le charme de cette V7 Stone III.
 
Avoisinant les 200kgs avec une puissance de 47,5cv (bridée A2, et oui faut bien débuter !) elle ne se montre pourtant pas avare en couple. Très maniable, elle se prend en main avec une facilité déconcertante et en une heure j’avais déjà l’impression de la conduire depuis un mois.
 

DIRECTION LES FALAISES D'ETRETAT

 Les routes normandes ne lui font pas peur et on se sent en confiance à son guidon même dans des virages très serrés.

 
Ma playlist Spotify roadtrip dans les oreilles (oui je sais, c’est pas bien !) et un temps exceptionnel, mon regard parcourait les superbes étendues de champs agricoles du Calvados. Admirant le passage des tracteurs et leurs nuages de poussières transpercés par le soleil, j’avais comme l’impression d’être dans Days of Heaven de Terrence Malick, les yeux balayant les horizons qui s’offraient à moi.
 
Après quelques arrêts, le froid et plusieurs centaines de km parcourus, je gardais en tête le vrai but de ce roadtrip : gagner la mer. C’est au bout du 4e jour (j’aime prendre le temps) après Lisieux, Caen et Honfleur que j’ai enfin atteint les falaises d’Etretat.
 
C’est tout bonnement époustouflant. C’est un de ces endroits dans lesquels on se sent tout petit face à l’immensité. Je me tenais là, seul, sur les épaules de ces monstrueux colosses de pierre, comme sur le rebord du monde. C’est bête à dire, mais ces moments font beaucoup de bien.
 
Lors de ce roadtrip, les kilomètres ont défilés et les paysages normands se sont succédés. Après quelques coups sur la poignée de gaz et un dernier virage, j'ai pu enfin atteindre mon but avec la sensation d'avoir mérité cet horizon bleu pastel mélangé aux ambiances d'automne, comme si je venais d'arriver à la limite de la terre, au bout de quelque chose. L'émotion est toujours la même : un bonheur absolu. »

N'hésitez pas à suivre Ben pour ne rien manquer de ses prochaines aventures !

Son compte Instagram
La vidéo de son roadtrip